DOCUMENT Urgences dans le cadre de l’organisation de la CAN 2023 en Guinée

DOCUMENT Urgences dans le cadre de l’organisation de la CAN 2023 en Guinée

Il y a lieu de rappeler et d’insister sur le fait que la CAN 2023 est un défi économique, social et sportif. Son organisation est soumise à des impé- ratifs de responsabilité, de moralité, de capacité et de compétence. Force est de constater que les habitudes persis- tent car, la vision et la prise en compte des contraintes ne présage pas une réussite parfaite.
Passons en revue certaines contraintes:
1.Il est évident que la réalisation des infrastructures de ce genre devrait être en bonne place dans les programmes du Gouvernement. Or, aucune institution n’a cru devoir prévoir la CAN dans les objectifs au profit d’un pilotage à vue. Il vous souviendra que la nouvelle loi des finances présentée par le Gouver- nement et qui vient d’être promulguée n’a pas pris en compte ne serait-ce que la part du financement relative au fonctionnement du Comité d’Organi- sation de la Coupe d’Afrique des Nations 2023 à plus forte raison les milliards de dollars indispensables pour l’organisation d’une CAN réussie ; il en est de même du Plan National de Développement Economique et Social -PNDES Horizon 2020 en préparation sous l’égide du Ministère du Plan qui lui-même est confronté à des actions similaires d’autres département sous des noms et des objectifs qui amusent la galerie;
2.Tous les guinéens qui ont le minimum de connaissance de ce que représente une organisation d’une Coupe d’Afrique des Nations peuvent estimer les montants nécessaires à la réalisation des infrastructures principales, annexes et connexes et qui devront booster le développement effectif de la Guinée. Pour les besoins d’information du public et pour ceux qui se battent bec et ongles pour appartenir vaille que vaille au COCAN, il est important de savoir que le Budget National de Développement ne peut assurer ces financements pourtant indispensables et que celui qui souhaite s’y engager devra avoir non seulement les compétences, les relations et les pouvoirs pour trouver la méthode appropriée de réalisation des infrastructures et la mettre en pratique. Tous les guinéens, surtout les médias devraient suivre avec toute l’exigence recommandée les réalisations et à temps des travaux indexés ;
3.Le temps n’attend pas et il serait inacceptable d’attendre la dernière minute pour bâcler les travaux et échouer l’organisation. Le décret de création du COCAN n’a pratiquement pas besoin de durer tout ce temps pour être meublé ; même s’il ne faut pas occulter la difficulté de choisir les compétences lorsque les incompé- tences et le népotisme prennent la vedette. Nous sommes maintenant à 84 mois du début des compétitions et combien de temps il faudra pour la réalisation des infrastructures qui devraient se baser sur les entreprises guinéennes qui doivent être les premières à bénéficier des retombées. Nous présentons ci-dessous textuelle- ment le document relatif à l’organisation de la CAN que Monsieur Thierno Saïdou DIAKITE et moi-même avons produit en participation citoyenne.
BONNE LECTURE

2016/300/PRG/SGG portant création du COCAN 2023. C’est le comité d’organi- sation et seulement lui qui est en charge de la stratégie et de tous les aspects qui peuvent concourir à sa réussite.
1) STRATEGIE
Ledit comité autonome sera suivi par une structure relevant de la primature pour le respect de l’éthique et des délais. La stratégie devra concevoir une amélioration de nos capacités de mobilisation et d’utilisation efficiente des ressources disponibles auprès des partenaires bi et multilatéraux et développer un Partenariat Public Privé dans la mobilisation des ressources financières, l’exécution des travaux et la gestion des infrastructures. A l’instar du Programme déployé par le Président de la République avec la Chine, nous solliciterons de dispositions quasi similaires avec d’autres pays identifiés qui ont manifesté cette volonté à travers le secteur privé et des garanties de l’Etat et d’autres modes qui viendront de certaines réformes dont le but est l’amélioration des ressources extra budgétaires et des réserves de change.
2)INFRASTRUCTURES DE LA CAN
Les infrastructures à réaliser sont les stades de compétitions et d’entraine- ments, les constructions annexes, les réceptifs (aéroports, routes, hôtels, etc.) et les constructions supplémentaires (stades, écoles, etc.). Les infrastructures de la CAN sont financées par le biais de la coopération bi et multilatérale et le secteur privé. A titre indicatif, les sites et les propositions de réceptifs suivants peuvent être envisagés pour répondre parfaitement aux exigences du cahier de charges de la CAF, et conditions de réussite de la CAN et se poursuivre en synergie avec les autres secteurs en vue d’atteindre nos objectifs de développe- ment :
1.Site de Conakry
Stade de compétition : stade du 28 septembre et le stade de Nongo
Stade d’entrainement : Annexe du 28 septembre-stade de la mission à Kaloum – stade de Coléah – stade de Bonfi – centre technique de Nongo
Salle de musculation et fitnes : aux environs ou au sein de chaque stade Aéroport : de Maferinya – Routes : de Maferinya à l’aéroport Gbessia et aux différents stades et hôtels

2.Site de Labé
Stade de compétition : stade Saifourlaye Diallo
Stade d’entrainement : à Dalaba et à Pita Hôtels : 6 – Villas 20 – Restaurants : 2 – cliniques : 2
Salle de musculation et fitones : 3 Aéroport : de Labé – Routes : de Conakry à Labé via Boffa et de l’aéroport de Labé aux différents stades et hôtels

3.Site de Kankan
Stade de compétition : stade de Kankan Stade d’entrainement : 2

Hôtels : 4- Villas 16 – Restaurants : 2 – cliniques : 2
Salle de musculation et fitones : 3 Aéroport : de Kankan – Routes : de Labé à Kankan et de l’aéroport de Kankan aux différents stades et hôtels

4.Site de Zérékoré
Stade de compétition : stade de Zérékoré Stade d’entrainement : 2

Hôtels : 4- Villas 16 –
Restaurants : 2 – cliniques : 2

Salle de musculation et fitones : 3 Aéroport : de Zérékoré – Routes : de Kankan à Zérékoré et de l’aéroport de Zérékoré aux différents stades et hôtels

5.Site de Boké

Stade de compétition : stade Préfectoral du 1er mai
Stade d’entrainement : à Kamsar et à Boké Hôtels: 6-Villas 20-Restaurants:2 – clini- ques : 2 Salle de musculation et fitones : 3

Aéroport : de Boké – Routes : de Conakry à Boké et de l’aéroport de Boké aux différents stades et hôtels

6.Site de Kindia

Stade de compétition : stade de Kindia Stade d’entrainement : 2
Hôtels : 4- Villas 16 – Restaurants : 2 – cliniques : 2
Salle de musculation et fitones : 3 Aéroport : de Kindia – Routes : de Conakry à Kindia et de l’aéroport de Kindia aux différents stades et hôtels

7.Site de Mamou
Stade de compétition : stade de Mamou Stade d’entrainement : Mamou et Dalaba Hôtels : 4- Villas

16 – Restaurants : 2 – cliniques : 2
Salle de musculation et fitones : 3 Aéroport : de Mamou – Routes : de Mamou à Labé, à Kindia et à Faranah ; de l’aéroport de Faranah aux différents stades et hôtels

8.Site de Faranah
Stade de compétition : stade de Faranah Stade d’entrainement : 2
Hôtels : 4- Villas 16 –

Restaurants : 2 – cliniques : 2
Salle de musculation et fitones : 3 Aéroport : de Faranah– Routes : de Faranah à Zérékoré voire de Faranah à Kankan et de l’aéroport de Faranah aux différents stades et hôtels

9.Toutes les préfectures seront dôtées de stades d’entrainement

10.Cinq centres de formation comprenant trois tranches d’âge par centre. Certaines préfectures seront aussi dôtées de complexes pour les disciplines qui y sont ou seront le plus pratiquées.

3)INFRASTRUCTURES DU COCAN
Ce sont les véhicules, les matériels et mobiliers et les autres aménagements du siège et tous autres moyens indispen- sables au fonctionnement du COCAN. 4)LE BUDGET DE

FONCTIONNEMENT DU COCAN
Le budget de fonctionnement comprend entre autres :
Salaires et charges sur salaires,
Les frais de communication, de publicité et autres,
Les fournitures de bureau, Les assurances,
Les voyages et déplacements, Les frais de formation,
Les frais de services de contrôle, de cabinet, d’audit y compris la part du suivi destinée aux services de la primature
Etc.

Les infrastructures du COCAN et le fonctionnement du COCAN sont financés par les ressources locales. Les infrastructures sont financées une seule fois et le budget de fonctionnement est inscrit annuellement au budget national jusqu’à la fin de la CAN.

Une série de formation des jeunes à l’hébergement et la restauration sera dispensée à trois cent jeunes. Ce type de formation sera organisé pour deux milles jeunes et ses jeunes seront par la suite équipées pour des secteurs divers. Plusieures infrastructures seront cédées au fur et à mesure et d’autres seront construites pour cession participant ainsi au développement immobilier et la construction de zones industrielles.

Pour assurer le retour d’investissement des structures post CAN seront développées ; car, le grand problème guinéen est aussi celui de l’entretien et la maintenance des infrastructures. décembre 2016.

Par El Hadj Thierno Ousmane Ly Ingénieur analyste financier
Consultant en Partenariat Public Privé Tél : 628 299 716/ 664 299 716
Mail : [email protected]

Separator image .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *